• Vive les bleus!!!

    15 juillet 2018 finale....à  17 heures en Russie.

    La dernière ligne droite pour cette 'noble' équipe.

    Dame Nature se mobilise!!!

    Douceur en ce jour de Foot boule!!!

     

     

    "Un peu de bleu......

     

    Douceur en ce jour de Foot boule!!!

     

    ".....un peu de blanc....."

     

    Douceur en ce jour de Foot boule!!!

     

    .....Un peu de rouge!!!

    Bravo Monsieur Deschamps de fleurs!!

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    "A vos bassines citoyens et citoyennes"

     

    La Pyrale du buis, Cydalima perspectalis et chenilles

    'Des nouvelles du jardin de Messire Merlin.'

     

    Une prolifération inquiétante! 

     Les papillons pyrales ont quasiment disparu du jardin de Messire Merlin après l'avoir quasiment envahi : lavandes, romarins, chênes, arbres à papillons....ils étaient partout.

    Les deux pièges papillons pyrales 'maison' : conteneurs transparents,  remplis d'eau et de liquide vaisselle, sous lesquels nous avons installé une lampe ont été très, très efficaces!

    Nombreux ont été les papillons piégés.

    Ma seule angoisse était de 'piéger'  nos insectes nocturnes déjà si rares!

    Mais aucun n'a été pris!!!

    La logique du papillon attiré par la lumière est encore une fois  vérifiée.

    Quelques rares chenilles ont déjà fait leurs apparitions dans la haie de buis d'un voisin.

    La chenille est  facilement reconnaissable : son corps est vert, marqué de stries noires et de points noirs, sa tête est entièrement noire.

    Elle mesure 35 à 40 mm dans son dernier stade. 

    La chenille de la pyrale du buis peut être manipulée sans risque, elle ne porte pas comme certaines chenilles des poils urticants pour se protéger, voilà quand même une bonne nouvelle!

    Les buis ont donc fait l'objet d'une pulvérisation produit BIO pour éviter de  les voir, comme l'année précédente,

    défeuillés par ces chenilles voraces!  puis inévitablement 'mourir' après deux, voire trois attaques successives.

    La volonté de survie des végétaux est forte mais elle a ses limites.

    Attention, l' insecticide bio :   biopyrale du buis au Bacillus Thuringiensis, doit être préparée avec de l'eau de pluie, le chlore détruisant ses propriétés.

    De plus, il a l' inconvénient de  détruire les chenilles de toutes les espèces de papillons présentes sur le buis,  mais pas que......

     Bio = sans risque ?

    Après recherche, le  Bacillus thuringiensis , souvent abrégé en Bt, est une espèce de bactérie qui ne serait pas sans danger pour l'homme! 

    Courage fuyons et laissons tomber semble me hurler Messire Merlin!!

    Ces chenilles défoliatrices n'auront pas ma peau!! 

    Les recettes de grands mères semblent être efficaces  et inoffensives pour l'homme .

    En effet, il faut être conscient que les produits sanitaires "bio" ne le sont quand même pas tout à fait.

     Le savon noir dessécherait les chenilles voilà une recette qui a, semble-t-il,  fait ses preuves.

    Voici une des nombreuses recettes proposée sur le Net mais je ne l'ai pas testée encore personnellement.

    Délayer 2 cuilleres à soupe de savon noir dans 5 litres d’eau et pulvériser les buis si on constate qu’ils sont envahis.

     Appliquer ce traitement à 3 reprises, à 15 jours d’intervalle, les chenilles de la pyrale devraient disparaître.

    Autres techniques qui paraissent avoir fait leurs preuves :  purin d'ortie ou de prêle  sur toutes les parties aériennes dès la fin du printemps.

    Les recettes sont légion sur Internet.

    L'invasion massive du papillon  pyrale laisse présager une véritable catastrophe pour notre flore lotoise .

    J'ai pu observer que la pyrale a sévi de jour comme de nuit

    Seules les très  fortes températures de la mi journée on fait baisser sa fréquentation!

    La Pyrale butine à tout va au détriment de nos abeilles et autres insectes,

      Les récoltes de miel de lavandes, de tilleuls .... sont 'réellement' menacées.

    C'est un papillon particulièrement robuste et dodu!  

    Le papillon n'a pour l'heure que peu de prédateurs :  geais de chênes, les mésanges, les moineaux. 

    La Nature saura  se défendre mais il lui faut d'abord 'apprendre' à connaître ces nouveaux 'ravageurs' venus d'Asie!

    Un espoir semble se dessiner. Identifié depuis 2016 par une entreprise française, Biotop, le trichotop buxus est une guêpe microscopique qui doit impérativement être mise en contact avec la pyrale du

    buis au stade larvaire, dès le stade de reproduction du papillon. Pas simple l'histoire.

    Efficace sur des petits espaces, cette solution continue d’évoluer et pourrait probablement être diffusée sur de grandes échelles dans un futur proche.

    Voilà peut-être un prédateur !

    La pyrale du buis, Cydalima perspectalis, CrambidaeOriginaire  d’Asie Orientale, a été signalée en Europe en Allemagne en 2007 dans la région de Bâle.

    En France, elle a été pour la er fois signalée en 2008 dans la région Alsacienne.

    En attendant,  les spécialistes misent encore sur "quatre ou cinq années catastrophiques".

    Une femelle pond en moyenne 800 œufs à chaque fois, la population peut donc exploser en peu de temps  et mettre à mal la végétation.

    Végétation déjà bien maigrelette en raison des fortes chaleurs. 

    Je ne peux que regretter le manque d'information des mairies devant ce réel  'danger'.

    On pourrait "réduire" les risques de voir nos forêts, nos jardins, ..... ravagés si on s'y mettait Tous un peu.

     Même si vous ne voyez plus de chenilles sur vos buis, ne vous croyez pas à l’abri : plusieurs générations de papillons se succèdent au cours de l’été et jusqu’en septembre.

    Dans son aire d’origine, la pyrale fait 2-3 générations/an, allant jusqu’à 5 générations qui se chevauchent.

    L’hypothèse, issue des observations de terrain, selon laquelle jusque 3 voir 4 générations se développeraient en France semble donc cohérente.

    Le mal est là et bien là mais on peu l'affaiblir......Ne baissons pas les bras.

    Certes le combat est inégal face aux myriades de papillons parasites mais ne devons nous pas le tenter?

    C'est un fléau qui nous concerne Tous!

    Si le combat n'est pas gagné.... il n'est pas perdu!

    Le jardin de Messire Merlin est un jardin LPO, un Bonheur.... les oiseaux sont nombreux.

    Donc je vais 'appâter' les oiseaux en plaçant une 'mangeoire vide ou peu garnie' avec baignoire à proximité de la haie de buis

    et

    voir si la Nature peut 'sans pesticide ou autre' se débrouiller!

    Je pense sincèrement que l'homme à force de jouer aux apprentis sorciers va Tous nous tuer joyeusement!

     

    Le coin des P'tits curieux :

    A lire     :  la Pyrale

    Sources  : Maxime Guérin     

                    GUERIN M., 2015. SaveBuxus, Volet Pyrale -Suivi de la biologie : Compte-rendu 2014. Plante & Cité, Angers, 8 p

                    Jardiner Malin

                    Wikipédia : Le  Bacillus thuringiensis

                    Alerte-environnement :   Bioinsecticides : à utiliser avec prudence !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Les Montgolfiades de Labastide-Marnhac 2018

    13ième édition

     

    La Chaleur, La peur.... et Messire Merlin perd ses nerfs,

    il voit des grenouilles volantes!!

     

    "Mais c'est quoi ce Beans.....! C'est Gribouille la grenouille qui s'envole tout là haut! "

    La Chaleur, La peur.... et Messire Merlin perd ses nerfs!

     Vite vite Maman vient voir ça.... Gribouille s'évade!"

    Lassée des  sottises  quasi permanentes de Messire Merlin,  je lui dis de se calmer!

    Mais il insiste.... alors je cède encore et toujours. Je vais voir....

    Et.....

    La Chaleur, La peur.... et Messire Merlin perd ses nerfs!

     

     Gribouille prend le large!

     

    La Chaleur, La peur.... et Messire Merlin perd ses nerfs!

    La Chaleur, La peur.... et Messire Merlin perd ses nerfs!

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nouvelle Montgolfière à Labastide-Marnhac!

    Décidément c'est l'année de la Grenouille .

     

    La Chaleur, La peur.... et Messire Merlin perd ses nerfs!

     La Chaleur, La peur.... et Messire Merlin perd ses nerfs!

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                       Voilà Dan le Fou  2012 son copain de l'année dernière!   Dan le fou  2013                                                                          Un festival de couleurs, une réussite comme toujours!

     

     

    " Des grenouilles volantes non mais.... et il croit que je vais gober ça?"

    Pourtant

    Elle existe la grenouille volante....

    Racophorus reinwardtii est une grenouille arboricole et nocturne  originaire des forêts denses tropicales allant de la Malaisie à l'île de Bornéo.

    Comme toutes les grenouilles arboricoles,   elle est munie de ventouses sur les orteils afin de bien s'accrocher aux arbres.

     Rhacophorus reinwardtii est également dotée d'une grande palmure, entière,  aux doigts de ses 4 pattes.

     

    Cette palmure, une fois écartée, lui permet de planer de branches en branches, sur une distance de 10 à 12 mètres. 

     Cette particularité, qui  lui permet d'échapper  plus facilement à ses prédateurs, lui a valu le surnom de "grenouille volante".

     Elle ne vole pas au vrai sens du terme.... elle plane comme Messire Merlin parfois!

    C'est une grenouille de couleur vert clair, tandis que ses doigts et ses orteils sont oranges, avec des palmes bleus.

    "Alors.... c'est qui qu'avait raison.... c'est Bibi!!"

     

     

    Le coin des P'its curieux :

    Sources : http://batraciens.net/rhacophorus_reinwardtii.php

                    http://www.grenouilles.free.fr/especes/rainette_volante.php

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  Observation : Cahors, juin 2018, jardin de Messire Merlin.

     

    'Le Demi-diable ou Centrote cornu ou encore Cigale épineuse'

    Ordre : Hémiptères, Homoptères
     Famille : Membracidés 

    Une allure bien insolite pour ce minuscule insecte ici :   5mm

    donc pas de quoi avoir peur!

     Inutile de grimper aux rideaux!

     

    Le "demi-diable", Centrotus cornutus,"Cigale épineuse"

     

    "Détail de ces insectes à l'allure étrange"

    Les ailes ne sont pas sans rappeler celles des cigales.

      

    Le "demi-diable", Centrotus cornutus,"Cigale épineuse"

    Le "demi-diable", Centrotus cornutus,"Cigale épineuse"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ces "cigales bossues"  vadrouillent incognito dans toutes types de végétation : ronces, iris, bois......

    Un petit diable peut en cacher un autre!

    Elles excellent dans l'art de passer inaperçues.

    Ce sont toutes des sauteuses remarquables.

    Le "demi-diable", Centrotus cornutus,"Cigale épineuse"  

    " Larves et adultes se nourrissent en piquant les plantes pour prélever leur sève."

     Ici,  sur les rosiers

     

      

     

    Le coin des P'tits curieux:

    - Sources : aramel. free  

    - Ce petit insecte se reconnait facilement à la forme de son pronotum avec 2 cornes près de la tête

      et son étirement vers les ailes en formant une excroissance ondulée s'épaississant vers le centre.

     - Membracide ou membracidé  vient d’un mot grec : membrax qui signifie cigale! 

      Ils appartiennent effectivement à la même famille  tout comme les cicadelles. 

    - Il existe une version verte : le Membracide-bison,  Stictocephala bisonia 

    Les œufs sont déposés dans ou sur les tiges et recouverts d'une substance cireuse.

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Observation: Cahors- Juin2018- Minie marre.

     

    “S'il fallait tenir compte des services rendus à la science, la grenouille occuperait la première place.”

     Claude Bernard

    (médecin et physiologiste français)

     

    Grenouille rieuse,

    (Pelophylax ridibundus)

    5cm

    Le nom spécifique ridibundus est un mot latin signifiant "tout riant, avec la mine riante", en référence à son chant.

    Je dirai que je lui trouve un petit sourire malin.... Maligne oui, elle l'est!

    Grenouille rieuse, Pelophylax ridibundus

     

    En passant devant le mini bassin du jardin il me semble apercevoir deux yeux ronds rivés sur moi.

    Premier réflexe, je me dis : "tu as la berlue ma petite!"

    Puis, je m'approche et là ..... un petit plouf, bien caractéristique du saut du batracien, ne permet plus le doute!

    Je m'installe et j'observe dans un silence quasi religieux.

    La voilà qui se montre.

     

    Grenouille rieuse, Pelophylax ridibundus

    'Gribouille'

    Museau pointu,  yeux rapprochés, iris  sombres,  ventre blanc, moucheté de gris.

    Pattes avant  très courtes,  pattes arrière très longues et très musclées.

    Pour échapper aux prédateurs, les grenouilles rieuses  peuvent faire des sauts dont la longueur atteint 2 m.

     Les pattes arrière sont entièrement palmées.

    Grenouille rieuse, Pelophylax ridibundus

    "Miroir dit moi qui est la plus belle?"  

     Comme Gribouille est la seule et l'unique le miroir ne se mouille pas et lui répond :

    "Toi Gribouille!"

    Seulement voilà........au troisième jour..... le miroir hésite car non loin de là ......

     

    Grenouille rieuse, Pelophylax ridibundus Grenouille rieuse, Pelophylax ridibundus

     

     

     

     

     

     

     

    'Gribouilette

    aux 

    belles cuisses!'

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les grenouilles rieuses vivent environ 8 ans. 

    Me voilà donc avec deux grenouilles .

    Seulement après avoir lu de nombreux articles j'apprends que sous ce nom 'rigolo' de grenouille rieuse se cache une tueuse vorace!

    Originaire d'Europe de l'Est la grenouille rieuse représente une menace certaine dans le devenir des populations locales.

     Le chercheur allemand Dirk Schmeller explique :

    «La grenouille rieuse a été introduite par des humains vers 1920 en Europe de l'Ouest. Pour la consommation. Elle était très prisée des nobles», 

    Charnues et donc goûteuses  : « Elle est deux fois plus grosse que les grenouilles indigènes......"

    «Depuis les années 70, 5 000 tonnes de grenouilles rieuses ont été introduites tous les ans en France, vivantes.

    Elles sont censées être stockées dans un point d'eau proche d'un restaurant, mais elles s'en échappent régulièrement.»

     

    Elle vit plus longtemps et croît plus rapidement que les espèces indigènes.

    Et surtout, elle serait plus fertile, écrit-il, dans la revue Comptes rendus - Biologies, l'équipe de chercheurs franco-allemande pilotée par Dirk Schmelle .

    "Pire, si une grenouille rieuse s'accouple à une grenouille du coin - après tout, il n'y a pas de mal à se faire du bien,

    même avec une grenouille qui ne rit pas - et si descendance il y a, celle-ci sera rieuse, le génome de la première prenant le pas sur l'autre.

    C'est ainsi que la grenouille autochtone, peu à peu, disparaît."

    Si vous avez le temps je vous invite à lire l'article intégral en suivant le lien  : 'Et croît la grenouille rieuse'

     

    Sachant que  la  peau des amphibiens est particulièrement sensible  aux ultraviolets .

    Oui, oui, une grenouille craint les coups de soleil !

    Je me pose une question :

    "comment vont-elles supporter les températures torrides de l'été car la mini marre est peu profonde et en plein soleil!"

    Parasol, Ambre Solaire, Sombrero mexicain  ..... brumisateurs......peut-être?

    Quoiqu'il en soit, elles ont de belles bouilles!

    " Gribouillette et Gribouille" 

    Grenouille rieuse, Pelophylax ridibundus

     

     

     

    sources : Les grenouilles vertes indigènes menacées.

                   L'observatoire de la biodiversité et du patrimoine naturel en Bretagne précise, je cite : 

                  "La Grenouille rieuse occupe généralement des milieux différents de ceux dans lesquels vivent les Grenouilles vertes autochtones. 

                   Rana lessonae (autochtone), en effet, vit de préférence dans les marais et autres zones humides alors que  Rana ridibunda (introduite) s’installe dans les rivières et les étangs riches en végétaux.

                   Il y a donc une sorte d’évitement des deux espèces de Grenouilles." 

                  

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires