• Qui veut, d’un coup de crayon…. faire naître Nébus….

    Qui veut, d’un coup de crayon…. faire naître Nébus….

    Un dessin, un croquis…?

     

    ‘Nébus’

     

     

    L’autre jour, sur la route, j’ai croisé Nébus !

    Serein, il fredonnait son air préféré.

    Personnage atypique, ce Nébus.

    Un étrange Gugus !

    Vous-les vous faire sa connaissance ?

    Oui ?

    Allez, je vais vous le présenter.

    Il ne s’habille pas chez Christian Dior, lui, ce serait plutôt chez ‘De-ci, De-là’

    Il arbore une élégance toute personnelle. Il est sont propre styliste et à mon avis, c’est réussi. Voyez un peu.

    Sur son  chapeau haut de forme, il a collé une Fée en porcelaine. Une adorable Fée, fine et délicate qu’un quidam a abandonné sans scrupule. Nébus l’a adoptée sans rechigner. Si au fil du temps, la malheureuse a perdu une de ces ailes, son charme, lui, reste intacte. Installée sur le toit du chapeau de Nébus, elle pointe avec grâce sa baguette magique vers les cieux. Nébus se plaît à dire, à qui veut bien l’écouter, que cette Fée est son paratonnerre. Elle attire à lui : Bonheur, Joies, Sourires….Il n’en demande pas plus Nébus !

    Il vaque dans la ville. Sa redingote en tweed  est un peu mitée par endroit, mouchetée de tâches et ponctuée d’accrocs plus ou moins réparés. Que voulez vous, elle en a fait des guerres. Il lui reste fidèle. Elle est chaude, doublée  de coton. En plus, ces énormes poches accueillent indifféremment : mouchoirs, mie de pains, vieux journaux, mégots de cigarettes… Que demander de plus ! Les boutons dessinent un remarquable arc en ciel, toutes les couleurs y sont, enfin, presque ! L’ancienne redingote prend ainsi, même les jours sombres, un air de fête. La forme des boutons varie en fonction de l’époque de la restauration, un véritable festival géométrique. L’originalité, s’écrie Nébus….que faites vous de l’originalité Messieurs !!! Le col de la redingote est caché par une très longue écharpe qui protège la gorge de Monsieur Nébus des méfaits du vent glacial. Elle  s’enroule comme une couleuvre autour de son cou. Ah, l’écharpe, une œuvre d’art à elle seule. Que dis je, un chef d’œuvre ! Tricotée au point de riz, par une artiste anonyme, dans une laine blanche bon marché. Chaque extrémité est terminée par trois pompons : bleu, blanc et rouge. Nébus aurait pu les supprimer, mais c’est un fervent patriote ! L’écharpe républicaine est donc restée intacte ! Tel est la volonté de Nébus !

     

    L’autre jour, sur la route, j’ai croisé Nébus !

    Il arpentait les rues froides de la ville.

    La fumée qui s’échappait de sa pipe

    Laissait derrière elle une douce odeur de miel.

     

    Les gants de Nébus, sont de vieilles chaussettes de laine épaisse. Il a fait cinq trous pour les transformer en mitaine façon Nébus. La création n’est pas réservée aux grands couturiers, que Diable !! Ses mains sont fines,  des mains usées par le temps, ses ongles sont irréprochables.

    Souvent, d’un geste  très technique, Nébus remonte un pantalon bien trop court et large pour lui. Les élastiques des impressionnantes bretelles sont, semble –t’il, distendues et ne remplissent plus leur rôle. Ses pantalons laissent apparaître les chaussettes de notre Beau Négus. L’une est rose et  blanche à rayures, l’autre jacquard. Nébus s’amuse de cette fantaisie. Il s’exclame en disant :

    - C’est ben moins triste que les deux mêmes toute pareille !!!

    Tient, il a un léger accent du midi.

    On soupçonne l’existence d’un caleçon long dont les bas s’effilochent inévitablement au gré des années. On s’abstiendra de tous commentaires. Pas d’ingérence dans les petits dessous de Monsieur Nébus !

    Il faut bien lutter contre les rigueurs de l’hivers, lorsque notre seule adresse est :

    Ici bas,

    Au coin de la Rue

    Ses pieds, chaussés de petits mocassins blancs, troués aux bouts et dont la semelle se décolle discrètement, ne rechignent pas à marcher ! Alors Nébus marche, marche…marche vers son destin.

     

    L’autre jour, sous le pont, j’ai croisé Nébus

    Il fredonnait sa chanson préférée,

    La Vie en rose,

    De « La Môme Piaf » !

     

    L’autre jour, sur la route, j’ai croisé Nébus,

    Il poussait une énorme poussette, vous savez,

    ces grandes poussettes d’antan.

    Sa maison à roulettes comme il aime la baptiser.

    Elle referme son Passé, elle est son Présent et abrite son Futur.

    Mais ça c’est une autre histoire.

    On verra, peut-être, plus tard.

    A Bientôt Nébus.

    S’il vit Anne

     

    « Orchidées sauvages : Ophrys abeille, Ophrys apiferaLépidoptère : Soufré, Souci, Fluoré et Belle-Dame »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Dimanche 10 Juin 2012 à 13:22
    même si je dessine nébus...je ne pourrais que le rendre aussi bien coloré que la description dont ton écrit le fait...je le ferai même en blanc et noir...pas pour le mettre blafard ..;mais tout simplement pour le rendre plus vivant...dans son arc en ciel du présent....il pourrait tenter coluche...avec ses franfreluches...mais il restera toujours sympathique...même si sa vie n'est point magnifique...mais il est de ces personnages vivants....qui sont par leur charisme attachant....mais il peut rester bien vivant...dans nos yeux ..sur le chemin de notre présent....bien écrit ....bravo merlin....a vous deux ....bisessssssss
    claude
    2
    Dimanche 10 Juin 2012 à 13:47

    Coucou Claude.... je suis certaine que tu dessinerai Nébus très bien..... C'est gentil d'être venu nous rendre visite en ce dimanche!!! J'aime bien ton texte tout en vers ..... On t'envoie de gros bisous... et on te souhaite un très beau dimanche rempli de bulles de Soleil..... Nous deux... lol

    3
    Dimanche 10 Juin 2012 à 21:09
    Bonsoir à tous deux,
    Nébus le fabuleux m'a emportée sur les chemins du conte et de la réalité la plus facétieuse... Magnifique personnage qui oscille entre vie et songe!
    Merci de m'avoir fait voyager en des contrées fantastiques... Croiserais-je Nébus? je vais bien regarder...
    Gros bisous et excellente soirée
    Cendrine
    4
    Dimanche 10 Juin 2012 à 21:37

    Bonsoir Notre Douce Fée du soir.... tu as vu juste pour Notre Nébus.... On est toujours très sensibles à ton passage. Un petit lien privilégié entre Fée et enchanteur... On t'embrasse très fort, Cendrine, on te souhaite une nuit douce... en attendant le jour naissant

     

    5
    Mardi 12 Juin 2012 à 20:12
    Portrait très imagé de ce Nébus. J'aime beaucoup ton texte.
    6
    Samedi 28 Juillet 2012 à 10:14
    Très joli portrait de ce Nébus sans logis ! Bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :