• l'Épeire fasciée, Argyope bruennichi

      Observation : Cahors, jardin de Messire Merlin, juillet 2018

      l'Épeire fasciée, Argyope bruennichi.

     

    Installée dans les lavandes elle ne manque pas de nourriture.

    En effet, cette année les lavandes sont envahies par les bourdons!

    Bourdon des près, bourdon des pierres, bourdon des champs , bourdon terrestre ils sont tous là et en très grand nombre.

    Les abeilles, elles, sont moins nombreuses que les années précédentes.

     

    l'Épeire fasciée, Argyope bruennichi

    l'Épeire fasciée, Argyope bruennichi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une araignée élégante qui ne passe pas inaperçue dans sa livrée noire et jaune!

    Un gabarit assez imposant : 2cm

     

    l'Épeire fasciée, Argyope bruennichi

    l'Épeire fasciée, Argyope bruennichi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De profil et de face. Telle une star, elle n'a pas boudé le plaisir d'être prise en photo.

    On peut observer, dans la partie inférieure de la toile, à partir du centre, un large ruban opaque, disposé en zigzag .

    Ce ruban se nomme « stabilimentum »

    l'Épeire fasciée, Argyope bruennichi

    La signature  de l'Epeire. 

     Elle n'a montré aucun signe d'agressivité cette Dalton!

     

     

    l'Épeire fasciée, Argyope bruennichi

     

    C'est ça ...... en tout cas Messire Merlin préfère prendre le large!!!

     Courage fuyons!

     

    Le coin des P'tits curieux :

    Ce ruban se nomme  "stabilimentum " les entomologistes  sont partagés sur son utilité.

    De nombreuses théories ont été avancées pour expliquer la présence du 'stabilimentum'.

    L'une d'elles propose qu'il contribue à attirer les proies du fait de sa grande brillance dans le spectre des ultra-violets que les insectes perçoivent.

    Une autre théorie expliquerait la présence du 'stabilimentum' il renforcerait la toile.

    Certains livres expliquent que lorsque l'araignée est dérangée, elle fait balancer sa toile d'avant en arrière de sorte que ses stries noires et jaunes se confondent avec le stabilimentum12.

     

    Sources : 

    Le point zig-zag, une astuce de couturière chez les araignées (stabilimentum).

    Souvenirs entomologiques de Jean-Henri FABRE (1823-1915) : l'Épeire fasciée,

     Argiope frelon

     

    « Le coquelicot, Papaver rhoeasLa mante religieuse, Mantis religiosa »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :