• Challenge de Philippe. "Lire sous la contrainte"

    Challenge de Philippe.

     "Lire sous la contrainte"

     

    'Les Neiges bleues'
    Piotr Berdnarski
    Traduit du polonais
    par Jacques Burko
    édition : "Autrement"

    La Sibérie des années 40. Le régime de Staline.

    Une ville de Sibérie située dans la taïga, où Petia (Pierre) qui   n'a  que 10 ans et sa mère, surnommée Beauté  sont assignés à résidence. Sa mère est juive descendante caucasienne. La Bible est leur gouvernail. Leur seule faute : être polonais.

    « ….  les soviétiques ne pardonnent pas aux enfants les fautes de leurs pères….. »

    Dans ce bourg d'exilés,  des Coréens, des Polonais, des Ukrainiens..... des familles détruites, brisées, persécutés par Staline tentent de survivre.

    La vie est rude, tout manque!   Ce n'est pas l'enfer pourtant ça lui ressemble étrangement.

    « Nous n'avions conscience ni de notre misère ne de la mort omniprésente. C'était notre quotidien. Nous n'avions rien connu d'autre ou alors nous l'avions oublié. »

    L'enfer est un peu plus loin, c'est le goulag, cette Kolyma, là où le père de Piort purge sa peine.... le motif ? Être polonais, aimer son pays et être hostile à l'occupant russe, dans les années qui suivent le pacte germano-soviétique.

    Le narrateur est un petit « homme » de 10ans. Il raconte : la faim, le froid, la crasse, les poux, la peur, la délation, la persécution, la mort…. un cocktail d'horreur qui plonge certains adultes dans la folie, le dégoût d'eux même. Mais, il raconte aussi l'Amour, l'Amitié , les Sentiments, la Poésie....avec une 'naïveté' émouvante.

    Chaque court récit est une véritable une leçon de vie. Piort ne baisse jamais les bras, sa 'force de Vie' est plus forte que tout.

    On découvre :

    Piort et ses amis : Kim, le Coréen, Eric, l’Estonien, Vassia, l’Ukrainien…. .Ils forment un petit groupe solidaire. Depuis que Piort leur a lu : « Le sermon sur la montagne »,  la bible les fascine. Ils se sentent plus fort.

    Piort l'ami fidèle et courageux,

     

    Piort le généreux  : «  le tricot de marin »

    « Petit oncle, tu ne pourrais pas m'acheter à Vladivostok un tricot de marin ?..... C'est une question de vie ou de mort ,.... »

    pourtant le jour même  Piort: «  Bien, Kolia, lançai-je au bout d'un moment et j'enlevai mon maillot.....Je te le donne pour toujours. »

    Piort le candide, naïf : « Le sermon sur la montagne »

    le directeur de l'école  :  «  Mais sais-tu que le Christ n'a jamais existé, que ce ne sont que des contes ?

    Piort  : « Je ne savais pas. Maintenant, je le saurai..... »

    Le directeur  : Si tu aimes lire et raconter alors, prends Le Capital.

    Piort  : C'est aussi un conte ?


    Piort et ses peurs : « Le clown »

    « Maman, guéris-moi de la peur...... J'ai peur du noir et de Staline. »


    Piort Amoureux  : « L'amour »

    «La faim sentimentale le disputait à la faim tout court. Je colmatais mon estomac avec de l'ail sauvage, des oignons, des fleurs comestibles. Mais il fallait aussi nourrir le cœur – l'amour criait famine. »

    et enfin,

    Piort le poète :  «  Une réitération de Job »

    Petia doit consentir à la disparition de tous ses proches. Au fond de l'abîme, il lui reste cependant la ressource de l'écriture, à laquelle il s'adonne depuis qu'il a lu Le Démon de Lermontov : " la poésie était devenue ma seule chance de perdurer. "

    Un impératif, il doit survivre pour témoigner !



    Mon ressenti :

    Un livre émouvant, bouleversant d'autant qu’il agit là d'un récit autobiographie.

    En effet, l’auteur s’est inspiré de sa propre enfance. La Bible, la Poésie, l'Amour, un trio qui l'aide à triompher de cet enfer.

    J'aime le style pur, le choix des mots et cette allure de conte que prennent parfois les récits. L'humour n'y est pas absent malgré la mort omniprésente !

    Je me demande souvent, comment 'la fleur de l'espoir' peut pousser dans le cœur de ces enfants de la misère.

    Car, ces enfants abîmés , ces enfants existent encore de nos jours..... !!!!

     

    « La Terre, La Mer, Le Ciel...... et l'angoissé!Merci.... »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Mars 2013 à 20:00

    Bonsoir Messire Merlin, ah lire sous la contrainte...déjà en classe j'avais du mal !  Mais je vois que tu as grandement aimé le faire avec ce livre au titre coloré... merci à toi, bises de jill

    2
    Phildes
    Vendredi 15 Mars 2013 à 21:32

    Merci pour cette 2e participation. Je ne connais pas du tout mais tu me donnes envie de connaitre.

    J'espère te retrouver très vite sur la blogosphère. 

    3
    Dimanche 24 Mars 2013 à 22:31

    Ton témoignange sur ce livre est poignant, Sylvianne. Si j'en ai l'occasion je le lirai. Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :